[Portrait] Anais, jongler entre sa micro-entreprise et son service civique

Anaïs, 20 ans, est engagée en service civique, au sein de la Ligue de l’enseignement 42 et mise à disposition de la mairie de Saint-Etienne, pour une mission dans l’école publique de Rochetaillée. La mission d’Anaïs est d’accompagner les enfants dans l’apprentissage du langage, et les sensibiliser au bien-manger.

Tous les jours de 11h à 16h30, Anaïs se rend à l’école primaire de Rochetaillée. La journée commence par le temps du repas, qu’elle partage avec les écoliers. Cette pause de midi est le moment idéal pour converser avec les enfants, et les encourager à communiquer. Ensuite, direction la salle de classe, où elle apporte son aide aux grandes sections, CP et CE1. “Je suis à l’école primaire et maternelle de Rochetaillée, c’est une classe à triple niveau, donc il y a Grande Section, CP et CE1, et je suis principalement avec les Grandes Sections. Ma mission c’est les aider à apprendre à écrire, à lire, les coloriages. Le temps de midi, je suis avec les petits et les moyens pour essayer de développer l’art du langage”, nous explique Anaïs.

Anaïs, 20 ans, sort d’un BTS en commerce international. Pour septembre 2020, elle avait été prise en formation dans une école en alternance. Malheureusement, à cause de la crise sanitaire, elle n’a pas pu trouver d’entreprise. Loin de perdre son temps, Anaïs, épaulée de deux amies, a décidé de créer son entreprise lors du premier confinement : Sol y Flor. Une entreprise d’articles éco-responsables, qui lui permet d’allier sa passion de la couture, de la mode et son envie de respecter et défendre l’environnement. Pour compléter son expérience, la jeune entrepreneuse décide d’effectuer, en parallèle, un service civique : “Au début, je n’étais pas du tout partie pour faire un service civique avec les enfants. J’adore les enfants, mais je ne me voyais pas forcément leur apprendre à lire et à écrire. Il faut être patiente, et c’est vrai que je suis patiente, mais je ne pensais pas à ce point, donc au début je suis partie sur d’autres missions. J’avais vu d’autres missions dans des organismes en lien avec le développement durable, et comme ça rentrait dans la lignée de mon entreprise, je m’étais d’abord dirigée la dessus. Puis, c’est Thaïs qui m’a dit que la mairie de Saint-Etienne recherchait des volontaires pour une mission dans les écoles. Alors je me suis dit pourquoi ne pas tenter. Finalement, je ne regrette pas du tout mon choix.” 

C’est paradoxale, parce que ce qui me plait, c’est le côté vraiment “apprendre, échanger avec les enfants”, puis ils sont tous innocents et tout mignons. Mais, ce que je trouve aussi difficile, c’est leur apprendre. Il faut souvent répéter les mêmes choses. C’est vrai que pour nous ça paraît simple, mais au final, on est aussi passé par là, on a appris. 

Pour Anaïs, trois qualités sont requises pour travailler avec les enfants : la patience, être à l’écoute et être doux. “Il faut savoir les rassurer, explique-t-elle, afin qu’ils viennent engager la conversation avec nous plus facilement, mais aussi lorsqu’ils se font mal par exemple.” Bien qu’il y ai besoin d’un minimum de patience pour travailler avec les enfants, la jeune femme rassure : tout peut s’apprendre. “Je n’avais jamais travaillé avec des enfants auparavant, donc ça m’apprend à être plus patiente. ça m’a permis d’apprendre pas mal de choses, surtout en côtoyant trois niveaux. Les mots clés de ma mission sont “apprentissage”, “innocence” et “joie”, parce que c’est vraiment une joie de côtoyer les enfants tous les jours. Et je ne me pensais pas aussi patiente.” Pour la jeune femme, ces trois derniers mois sont passé très vite : “Je suis contente d’être dans cette école, parce que c’est une école dans un petit village entre guillemet, c’est une petite structure donc les enfants nous connaissent vite, et vice versa.”

Après sa mission, Anaïs souhaite continuer ses études en alternance. Pour mettre toutes les chances de son côté cette fois, elle a postulé à plusieurs écoles, et s’est ouvert à d’autres secteurs : “Je recherche principalement dans le secteur de la mode, mais aussi dans celui de la logistique ou de l’agroalimentaire, là je suis actuellement en recherche d’une entreprise.”

C’est une bonne expérience si on ne sait pas trop si on veut encore continuer les études ou continuer dans le monde du travail. Cela permet de savoir ce qu’on veut faire. Sur le CV aussi, c’est une bonne expérience, ça montre qu’on n’est pas resté pendant un an sans rien faire parce qu’on hésitait sur votre avenir. Quelqu’un qui ne sait pas par exemple si il.elle veut travailler avec les enfants, pourrait faire une mission pour voir si ça lui plait ou pas.

Web Reporter 42

Bonjour, je suis Coralie, la Volontaire Web Reporter 2020-2021.