[Portrait] Léanna, volontaire auprès des personnes en difficultés.

Léanna, 20 ans, est engagée en service civique, au sein de la Ligue de l’enseignement 42 et mise à disposition de l’Association Familiale Protestante de Saint-Etienne. Une association qui vient en aide aux personnes en difficultés. Une mission dans le domaine de la solidarité internationale qui, pour Léanna, apporte un peu de chaleur humaine. 

Après un Bac en service de proximité et vie locale, et un BTS en économie sociale et familiale, Léanna cherchait à gagner de l’expérience dans son domaine. Au cours de ses études, elle avait déjà eu l’occasion de faire des stages. Cependant, au lycée et lors de son BTS, on lui parle de la possibilité de faire également un service civique : “J’ai fait un service civique parce que je pense que c’est un tremplin par rapport à ce que je vais faire après. Même si je ne sais pas encore vraiment ce que je vais faire après.” N’ayant pas une idée précise de son orientation à la fin de son BTS, Léanna décide de se rapprocher de la ligue de l’enseignement, et découvre la fiche de mission de l’Association Familiale Protestante : “J’ai eu un entretien pour cette mission, et elle me tenait vraiment à cœur. Au début, je n’ai pas été prise. Mais quelqu’un a dû se désister, parce qu’ils m’ont rappelé. Et j’étais vraiment contente parce que je n’avais jamais côtoyé ce type de public, les personnes en difficultés, et je voulais vraiment participer”.

La mission de Léanna est assez complète. En effet, l’Association Familiale Protestante propose un certain nombre de services et d’ateliers pour venir en aide aux personnes en difficulté. Léanna nous explique que les deux tâches principales de sa mission sont d’aider à l’épicerie solidaire et à l’aide alimentaire : “en ce moment, j’aide surtout à l’épicerie solidaire les vendredis. Les personnes en difficultés viennent pour acheter des articles qui sont à moindre prix. Et avec ce qu’elles économisent, elles peuvent régler leur facture et mettre cet argent là où elles en auraient le plus besoin. L’aide alimentaire c’est un mardi sur deux actuellement, les personnes en difficultés viennent récupérer un grand panier d’épicerie avec des fruits et des légumes frais et de saison, et ça leur fait 15 jours. Il y aura aussi du lait, des gâteaux, des épices… Tout ce que l’on peut trouver dans un placard ou dans un frigo mais à moindre coût. C’est vraiment pour les personnes qui ont de très faibles revenus, moins de deux cents euros par mois, par personne.” 

A cause du confinement, les autres activités de l’Association ne sont pas accessibles au public, mais Léanna est enthousiaste. Par exemple, elle nous dit avoir hâte de participer à des activités comme celle sur la parentalité auprès des femmes enceintes pour leur apprendre à s’occuper d’un nourrisson et les accompagner le long de cette période. Il y aura aussi bientôt la réouverture de la boutique bébé soleil, où les familles en difficultés pourront venir acheter à prix réduit des produits pour leurs nourrissons. Léanna nous parle aussi des ateliers qui permettent aux personnes de se valoriser en présentant un de leurs talents devant les autres : “cet atelier leur permet de se mettre en valeur, et d’apprendre à s’exprimer devant des gens. En plus, l’association fait aussi des ateliers de français pour aider à bien maîtriser la langue.” 

“Le premier mot qui me vient en pensant à mon service civique, c’est encourageant. Pour moi, parce que je trouve que c’est une belle initiative, mais surtout pour les familles en difficulté, leur montrer qu’elles peuvent s’en sortir.”

Au sein de sa structure d’accueil, Léanna se sent comme un poisson dans l’eau. Elle aime se rendre utile, et pouvoir aider ceux qui en ont besoin : “ce que je préfère c’est le contact avec le public. Pouvoir les aider, je suis juste volontaire en service civique, mais savoir qu’on peut faire quelque chose pour eux, ça fait vraiment plaisir. Il y a des familles qui viennent et qui sont tellement contentes qu’elles en pleurent. C’est ça qui me plaît le plus, c’est de pouvoir leur donner un petit coup de pouce.” Même s’il lui a fallu un petit temps d’adaptation, Léanna s’est très vite sentie intégrée au sein de l’association. 

Pour l’instant, elle ne sait pas encore ce qu’elle va faire après son service civique. Mais sa mission lui a confirmé une chose : elle veut travailler dans le social. Léanna nous explique : “je ne sais pas encore où je vais me diriger après, si je continue mes études. Mais en soit, j’ai déjà vingt ans, j’ai plus envie d’aller travailler, de faire quelque chose de concret, en espérant trouver avec mon BTS. J’aimerais bien travailler avec les personnes en difficultés, mais c’est super large. Et je me rends compte que ce n’est pas non plus super simple, il faut connaître tellement de choses, comme ma tutrice. J’observe. J’apprends.”

“Il faut se lancer. Il n’y a rien à perdre. Un service civique, c’est une expérience en plus, quelque chose à mettre dans ton CV et c’est que du plus. Tu ne perds rien, tu ne fais que gagner en expérience.”

Web Reporter 42

Bonjour, je suis Coralie, la Volontaire Web Reporter 2020-2021.