Marie Claire, volontaire à Trampo jump 42 « Voir le sourire d’un gamin qui saute sur le trampoline, c’est magique ! »

marie claire 2

Promouvoir la pratique du handi-trampo, favoriser la mixité entre personnes porteuses de handicap et valides, telles sont les missions principales de Marie Claire, volontaire au Club Trampo Jump 42. Découvrez le témoignage de cette jeune femme qui est persuadée que le sport est un moyen de rassembler et de développer son bien être !

 

Peux-tu nous en dire plus à ton sujet ?

J’ai 22 ans. J’ai validé mon master en STAPS l’année dernière. J’ai fait un service civique suite à ça ! Ce que j’aime c’est le sport ! J’en fais moi-même. Je pratique le foot en deuxième division nationale.

Pourquoi as-tu voulu faire un service civique ?

J’ai eu la réponse de validation du master en Juin. J’ai donc commencé à chercher du travail, mais les annonces à temps plein dans mon domaine ne paraissent pas souvent. Je me suis donc dis « Pourquoi pas faire un service civique ? ça pourrait être enrichissant ! ». ça me permettrait d’avoir quelque chose tout en ayant du temps libre à coté si je trouvais un premier emploi. Je voulais faire un service civique qui soit proche de mon domaine pour que ça me soit vraiment utile !

Au début, j’avais répondu à des annonces pour être en mission dans des écoles avec des enfants porteurs de handicap. C’était pour aider dans la conception du matériel. Ce n’était pas lié directement au sport, mais je me disais que ça pouvait m’apporter une autre carte ! Au final, Carole qui travaille à la Ligue et qui est présidente du club de trampoline a vu mon CV et m’a contacté. Elle avait pour idée de développer le handisport et le sport adapté dans le milieu du trampoline ! On s’est rencontré et on a créé la mission !

Peux-tu nous expliquer ta mission ?

Je suis arrivée pour développer le trampoline pour tous. J’aide au développement du club. On intervient pour les centres sociaux. Pendant les vacances, on accueille des enfants qui viennent de Montaud, Montreynaud.

Dans un premier temps, ma mission a été de contacter les établissements spécialisés pour leur dire qu’il y avait quelqu’un qui était là pour faire découvrir le trampoline, développer le handisport et le sport adapté. Ils sont venus faire des essais. On les a accueillis en petits groupes pendant les vacances. Ça leur a beaucoup plu !  Il y a des enfants qui ont pris leur licence dans le club. Parmi eux, il y a un enfant autiste de 8 ans. Mon but c’est de l’intégrer. Quand je suis en cours avec lui, je m’occupe que de lui ! Je suis avec ce petit depuis Septembre, et progressivement on arrive à l’intégrer dans des cours classiques avec les autres enfants. Il y en a un autre de 15 ans qui est intégré avec des enfants de son âge ! A terme, on veut arriver à faire ça. Il y en a qui vont le faire tout de suite, mais pour d’autres, ça va prendre plus de temps !

Ce qui est bien aussi, c’est que ma mission permet de montrer à l’entraineur qu’il peut transmettre à des enfants handicapés ! Il n’était pas fermé à ça, mais quand on ne connait pas, il y a toujours une petite appréhension.

marie claire

J’aide aussi à développer le club en créant des partenariats. Le but c’est que les établissements ne viennent pas une fois de temps en temps, mais de manière régulière ! En ce moment, on travaille avec un foyer de jeunes adultes qui sont déficients intellectuels. Le but c’est de créer un échange ! Ils prennent une licence au club et ils viennent régulièrement. Ça devient pour eux une pratique sportive comme n’importe qui en aurait une !

Il faut savoir que c’est difficile de trouver un club pour ces gens-là, car il n’y a pas forcément une personne spécifique dédiée à ça ! C’est un secteur qui a besoin d’être développé. Il y a beaucoup de demandes ! Quand j’en discute avec les mères, elles me disent que c’est vraiment super ! Elles se pensent chanceuses ! J’aimerais beaucoup le faire dans le foot car c’est mon domaine. Mais il faut déjà une volonté au niveau de la direction. Ici, ça a pu se faire car Carole, la présidente, était sensible à ces questions !

Qu’est-ce qui te plait le plus dans ta mission ?

Je retrouve ce que j’ai toujours eu envie de faire ! J’ai su dès le lycée que je voulais aider les personnes handicapées. Le sport a été une évidence car j’en ai toujours fait ! J’aime le sport et j’en fais tout le temps. Je ne pouvais pas travailler dans un autre domaine.

Puis j’ai des parents qui m’ont sensibilisé très tôt aux questions du handicap ! Ça fait du bien d’être dans quelque chose que j’apprécie autant, que j’ai voulu faire ! Je prends beaucoup de plaisir à entrainer les enfants porteurs de handicap. Je suis aussi en contact avec des enfants valides. Au fur et à mesure, je peux donner des conseils pour un enfant qui va faire une compétition ! Mais je ne pourrai pas le faire à plein temps comme les autres entraineurs, être vraiment dans la performance ! Je ne cherche pas la performance. Même pour mon domaine qui est le foot, pour le moment, je n’ai pas le souhait d’être entraineur, d’avoir une équipe et de chercher la performance ! En revanche j’aimerais beaucoup intégrer des enfants qui sont porteurs de handicap et les entrainer ! C’est ce que j’apprécie dans cette mission ! Il y a du bien être à créer chez le petit, une intégration à faire ! Voir le sourire d’un gamin qui saute sur le trampoline, c’est magique !

Même au niveau du comportement, je vois les retombées ! Une maman m’a dit que son petit était content, qu’il était beaucoup plus posé car ça le défoule… ça a des effets sur sa qualité de vie !

Que t’apporte ta mission ?

J’ai la chance d’être autonome et de gérer des projets de A à Z. Sur un CV ça renvoie du positif de dire que tu as pu monter un projet, que tu as pris des initiatives ! Je vais aussi au contact des comités handisport et sport adapté ! ça me fait un réseau ! Tout le monde est conscient que monter une section handisport ou sport adapté dans un club, ça ne se fait pas du jour au lendemain. J’ai pu acquérir des compétences qui ne sont pas forcément facile à trouver. Si tu n’as pas la chance de trouver un club qui veut monter ça, tu vas difficilement pouvoir acquérir ce type de compétences bien spécifiques !

Que vas-tu faire après ton service civique ?

Je vais rester dans le club pour m’occuper des enfants en tant que bénévole ou salariée ! Je vais continuer à entrainer les enfants et essayer d’en amener plus pour développer la section ! Il faut continuer à développer ça car c’est une discipline peu connue, mais qui a des bienfaits pour tous !

Donc il y a ça et puis mes divers jobs à coté, j’ai 3-4 employeurs différents. Je n’ai pas le même public ! J’apprécie beaucoup ça !

Flora

Bonjour, je suis Flora, la Volontaire WebReporter 2019-2020.